Accéder au contenu principal

Sélection

#PLIB2020 Ma sélection de 20 livres pour le Prix de l'Imaginaire Booktubers App

J'ai l'honneur de faire partie du jury du Prix de l'Imaginaire Booktubers App 2020, qui récompense un roman de SFFF parmi 124 présélectionnés. En tant que juré j'ai dû, pour la première session de votes, choisir 20 titres, lus ou non. Voici donc les livres qui m'interpellent le plus :
Agravelle ou l'Envers du Temps, Maxime Herbaut, éd. Inceptio Alchimistes, Jean-Pierre Favard, éd. Séma Ceux qui ne peuvent pas mourir, Karine Martins, éd. Gallimard jeunesse Cendres, Johanna Marines, éd. SNAG Chevauche-Brumes, Thibaud Latil-Nicolas, éd. Mnémos Engrenages et sortilèges, Adrien Tomas, éd. Rageot Je suis fille de rage, Jean-Laurent Del Socorro, éd. ActuSF La lyre et le glaive, Christian Léourier, éd. Critic L'Apprentie Faucheuse, Justine Robin, éd. Le Héron d'Argent Le Crépuscule d'Aesir, Elie Darco, éd. Plume Blanche L'Ensorceleur de choses menues, Régis Godyn, éd. L'Atalante Le Phare au corbeau, Rozenn Illiano, éd. Critic Les Brumes de Cendrelune, Georgia…

Accouchement. Les femmes méritent mieux, de Marie-Hélène Lahaye


Accouchement. Les femmes méritent mieux est un essai féministe de Marie-Hélène Lahaye, connue surtout pour son blog Marie accouche là - Explorations politiques et féministes autour de la naissance, paru aux éditions Michalon. Féministe belge convaincue, écologiste, l'autrice est désormais entrée en politique pour défendre ses valeurs, dont celle de la naissance respectée.

________________________________________

Ce livre est conçu comme un plaidoyer de l'accouchement physiologique. D'ailleurs, pourquoi nommer ce "type" d'accouchement ainsi ? Parce que depuis une centaine d'années, l'accouchement est devenu médicalisé - à outrance. Marie-Hélène Lahaye raconte son parcours : son accouchement en maison de naissance qui lui a ouvert les yeux, grâce à des praticiens bienveillants, et l'envie décisive de creuser le sujet, en créant notamment son blog en 2013 qui a eu un succès retentissant. Ce blog a recueilli de nombreux témoignages de femmes racontant leur accouchement, et la blogueuse s'est transformée en autrice. Remettre l'accouchement dans le champ de bataille du féminisme, voilà le sujet. En effet, la naissance a été un sujet longtemps ignoré des féministes, pour qui le slogan "un enfant si je veux, quand je veux" résumait simplement le désir de contraception, d'accès à l'IVG, et plus tard, l'amoindrissement de la douleur de la parturition grâce aux avancées médicales. 

Cet essai en sept parties, façonnées de chapitres cours et incisifs, démontre bien à quel point l'abandon féministe de cette sphère a été la porte ouverte à la maltraitance médicale, qui sévit depuis le XVIIe siècle. Voici les parties composant ce livre : "La peur comme arme de soumission" (ou comment on oblige les femmes à accoucher à l'hôpital en leur agitant le spectre de la mort sous le nez), "L'accouchement physiologique et l'accouchement masculin" (le premier chapitre de cette partie est une bouffé de puissance pour toutes les femmes qui n'ont pas confiance en leurs capacités d'accoucher, le second montre comment les hommes se sont accaparés cette puissance), "Les dogmes de l'obstétrique" (l'autrice explique et démonte les fausses croyances sur l'accouchement et le dogme de toute-puissance de l'obstétricien, pour qui la femme est un animal ignare et irresponsable), "Mon corps m'appartient" (il faut avoir le cœur accroché pour lire ces chapitres sur tous les actes médicaux comme les touchers vaginaux, l'épisiotomie, etc, qui sont presque tous pratiqués sans le consentement de la patiente et de façon intempestive), "La violence obstétricale" (l'autrice rapproche un accouchement "lambda" à l'hôpital à la torture, à travers des arguments édifiants), "Les injonctions de genre" (partie importante sur les stéréotypes de genre, qui doivent s'affirmer même lors d'un accouchement : les femmes doivent rester "à leur place", c'est-à-dire douce et passive, et le père est souvent utilisé par les soignants pour "calmer" la parturiente ; cette partie remet aussi en question l'usage de la péridurale, à double tranchant : instrument qui soulage mais qui aussi immobilise et calme la femme...), "Le privé est politique" (guerre des sexes, ou guerre entre sages-femmes et gynécologues-obstétriciens depuis la nuit des temps), et enfin "Pour un féminisme de la naissance" (l'accouchement ne doit plus être un sujet ignoré des féministes, le slogan "un enfant si je veux quand je veux" se voit ajouter "et où je veux", car les femmes ont encore peu le choix du lieu de leur accouchement).

________________________________________

Accouchement. Les femmes méritent mieux peut faire peur. En effet, l'autrice dénonce, accuse même, les violences obstétricales et les conditions d'accouchement en France de nos jours : trop de pratiques médicales invasives, stress induit par le personnel et leurs décisions aberrantes qui vont à l'encontre du bon déroulement naturel de la parturition, spectre de la mort qu'on agite devant toutes les femmes récalcitrantes, tout est bon pour contrôler le corps des femmes. Depuis des dizaines d'années, on ne sait plus accoucher naturellement, on nous a appris que notre corps était incontrôlable, sauvage, imprévisible, faible, inapte. Pas étonnant que l'approche de ce grand événement nous terrifie et que l'on s'en remette aux mains des médecins, qui pratiquent des actes parfois traumatiques. On se soumet doctement, remettre en question les paroles des blouses blanches ne nous vient pas à l'esprit, ou alors avec culpabilité.
Mais sommes-nous si faibles que nous ne pouvons accoucher sans toute l'armada de machines et de personnels d'un hôpital ? Et bien non (bien sûr, hors grossesse et accouchement pathologiques). L'autrice rassure et explique que le corps féminin sait accoucher, propose le bon déroulement d'un accouchement libre, donne les informations nécessaires pour appréhender ce moment de façon plus sereine, et surtout, donne le choix : avoir le choix de dire non, de demander des explications, de choisir l'endroit, l'équipe soignante, bref, elle nous enjoint à faire entendre notre voix. 
Cet essai se veut aussi scientifique, en effet, il est rempli de références bibliographiques, l'autrice s'appuie donc sur des études et des faits qu'il serait difficile de remettre en cause. Plus qu'un pamphlet vindicatif, il s'agit d'une vraie mine d'informations. La bibliographie proposée à la fin est très complète et diversifiée, et nous encourage à mener la réflexion plus loin.

Cet essai remet donc en question totalement les normes d'accouchement et insuffle une énergie aux futures mamans pour qu'elles osent se documenter et se faire respecter, et je le recommande à 100% à quiconque s'intéresse au sujet !

Voici le dernier paragraphe de l'ouvrage, qui laisse comme un écho une fois le livre refermé :

Replacer les femmes au cœur du processus demande de revoir complètement la façon dont la société considère la naissance. Permettre aux femmes de se réapproprier leur corps au moment où elles donnent la vie implique un renversement complet des rapports de force. Rendre les femmes maîtresses de leur accouchement exige, ni plus ni moins, une révolution.


Accouchement. Les femmes méritent mieux, Marie-Hélène Lahaye, éd. Michalon, 2018.

Commentaires

Articles les plus consultés