Accéder au contenu principal

Sélection

Alors voilà - Les 1001 vies des Urgences, de Baptiste Beaulieu

Alors voilà - Les 1001 vies des Urgences, est le premier roman de Baptiste Beaulieu, médecin généraliste à Toulouse. Au départ un blog d'anecdotes de soignants que l'auteur récolte et réécrit, Alors voilà se fait publier chez Fayard en 2013. Je me suis procurée la version de poche chez Le Livre de Poche sur un coup de tête, tout en connaissant l'auteur puisque je le suis sur Facebook. Baptiste Beaulieu est connu à la fois pour son blog, ses livres, mais aussi pour ses chroniques paraissant dans le Huffington Post et sur France Inter. À travers ses chroniques et livres, il tente de réconcilier le milieu médical et les patients, chose difficile étant donné la violence et le sexisme vécus et dénoncés par beaucoup de patientes sur le net ces temps-ci.
________________________________________

Alors voilà - Les 1001 vies des Urgences, c'est une semaine dans la vie d'un jeune interne à hôpital, entre le service des urgences et le cinquième étage où se déroulent les soins p…

Sorcières. La puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet



Vous n'avez pas pu le louper : en septembre est paru Sorcières. La puissance invaincue des femmes de Mona Chollet. Cette dernière, journaliste au Monde diplomatique, a déjà publié chez Zones en 2012 Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine, un essai féministe interrogeant et analysant les tenants et aboutissants de l'industrie de la beauté et de la mode, et les diktats esthétiques imposés aux femmes. Avec Sorcières, l'auteure continue dans la veine féministe, en intégrant toutefois des morceaux de sa vie personnelle, comme pour montrer à quel point l'écriture de cet ouvrage lui a été important. Cette fois, elle a exploré la figure de la sorcière, chassée à la Renaissance, ennemie du patriarcat et reléguée au rang de vieille femme aigrie et empoisonneuse des contes de fées. Mona Chollet a distingué trois visages contemporains de la sorcière qu'elle analyse : la femme indépendante, la femme sans enfants, et la femme âgée.

________________________________________

Cet essai ne retrace pas l'histoire de la sorcellerie, il n'est pas non plus un traité de magie. C'est un essai féministe avant tout qui démontre combien la chasse aux sorcières a toujours des répercussions dans notre société d'aujourd'hui, sa construction sur les cendres de ces femmes torturées et tuées à cause des hommes, de leurs superstitions et de la religion chrétienne. La sorcière fut le bouc émissaire parfait d'une société en pleine guerre de religions et en pleine mutation : le passage du Moyen Âge à l'ère des Lumières, de la raison, qui ne fut pas non plus exempte de misogynie. L'auteure explique par exemple à quel point l'invention de l'imprimerie fut un réel adjuvant pour la chasse aux sorcières : le triste et célèbre Malleus Maleficarum fut le best-seller de l'époque. Ces sorcières, c'était des guérisseuses, des sages-femmes, des veuves, des vieilles femmes, toutes celles qui dérangeaient, qui étaient "hors-normes", de par leurs savoirs et leurs façons de vivre. Une femme vivant seule et connaissant les plantes, vous n'y pensez pas ! Mona Chollet explique parfaitement comment la chasse aux sorcières a enterré les connaissances féminines ; comment sur ces bûchers s'est construite la médecine moderne, dont les femmes ont été longtemps exclues ; comment le lien entre l'humain et la nature s'est brisé : une rationalisation de la vie froide et technique, une compartimentation du corps et de l'esprit, et donc un corps sale, délaissé, que les femmes n'ont plus eu le droit de soigner. 
L'auteure propose en trois parties qui sont les héritières de ces sorcières assassinées. Ce sont celles qui mènent une vie hors des clous, qui dérangent, qui s'approprient leur corps et leur espace, qui n'écoutent qu'elles-mêmes. Ce sont des femmes libres, indépendantes, qui ne se teignent pas les cheveux, qui assument leur non-désir d'enfant, qui vieillissent sereinement, sans se soucier de leur image. Elles ne plient pas l'échine face aux diktats esthétiques actuels. Ce sont aussi celles qui se sont réapproprié les connaissances des plantes, des minéraux, qui ont réhabilité un savoir féminin "sacré", et ont pour guide spirituel une Mère Nature, celles qui se disent, au XXIe siècle, "sorcières", et griffonnent des formules piochées sur Internet dans leur grimoire à la nuit tombée, à la lueur des bougies.

________________________________________

D'une écriture fluide et convaincante, Mona Chollet a réussi le pari d'un livre faisant le lien entre ces femmes oubliées par des siècles d'Histoire masculine, et les femmes d'aujourd'hui. L'ouvrage est bardé de références : on croise Guy Bechtel, Silvia Federici, Starhawk, Gloria Steinem, ou encore Martin Winckler. J'ai particulièrement apprécié la dernière partie : "Mettre ce monde cul par-dessus tête. Guerre à la nature, guerre aux femmes", qui met en parallèle la destruction de la nature avec l'étouffement de la liberté des femmes. Je vous en recommande chaudement la lecture !

Voici un extrait, qui a profondément fait écho en moi :

Je formule et reformule sans cesse une critique de ce culte de la rationalité (ou plutôt de ce qu'on prend pour de la rationalité) qui nous paraît si naturel que nous ne l'identifions souvent même plus comme tel. Ce culte détermine à la fois notre manière d'envisager le monde, d'organiser la connaissance à son sujet, et la façon dont nous agissons sur lui, dont nous le transformons. Il nous amène à le concevoir comme un ensemble d'objets séparés, inertes et sans mystère, perçus sous le seul angle de leur utilité immédiate, qu'il est possible de connaître de manière objective et qu'il s'agit de mettre en coupe réglée pour les enrôler au service de la production et du progrès. Il reste tributaire de la science conquérante du XIXe siècle, alors que, depuis, la physique quantique est venue jeter le trouble dans cet optimisme, pour ne pas dire dans cette arrogance. Elle nous parle plutôt d'un monde où chaque mystère élucidé en fait surgir d'autres et où, selon toute vraisemblance, cette quête n'aura jamais de fin ; d'un monde où les objets ne sont pas séparés, mais enchevêtrés les uns aux autres ; où l'on a d'ailleurs affaire plutôt avec des flux d'énergie, à des processus, qu'à des objets à l'identité stable ; où la présence de l'observateur influe sur le déroulement de l'expérience ; où, loin de pouvoir s'accrocher à des règles immuables, on constate de l'irrégularité, de l'imprévisibilité, des "sauts" inexplicables. C'est tout cela qui fait dire à Starhawk que la physique moderne confirme les intuitions des sorcières. 


Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. Zones, 2018.

Commentaires

Articles les plus consultés