Accéder au contenu principal

Sélection

#PLIB2020 Ma sélection de 20 livres pour le Prix de l'Imaginaire Booktubers App

J'ai l'honneur de faire partie du jury du Prix de l'Imaginaire Booktubers App 2020, qui récompense un roman de SFFF parmi 124 présélectionnés. En tant que juré j'ai dû, pour la première session de votes, choisir 20 titres, lus ou non. Voici donc les livres qui m'interpellent le plus :
Agravelle ou l'Envers du Temps, Maxime Herbaut, éd. Inceptio Alchimistes, Jean-Pierre Favard, éd. Séma Ceux qui ne peuvent pas mourir, Karine Martins, éd. Gallimard jeunesse Cendres, Johanna Marines, éd. SNAG Chevauche-Brumes, Thibaud Latil-Nicolas, éd. Mnémos Engrenages et sortilèges, Adrien Tomas, éd. Rageot Je suis fille de rage, Jean-Laurent Del Socorro, éd. ActuSF La lyre et le glaive, Christian Léourier, éd. Critic L'Apprentie Faucheuse, Justine Robin, éd. Le Héron d'Argent Le Crépuscule d'Aesir, Elie Darco, éd. Plume Blanche L'Ensorceleur de choses menues, Régis Godyn, éd. L'Atalante Le Phare au corbeau, Rozenn Illiano, éd. Critic Les Brumes de Cendrelune, Georgia…

Revue Cabaret, hors-série #3 - décembre 2018 : In bed with Cabaret


Je ne suis pas assez familière des petites revues littéraires, et c'est toujours un plaisir quand j'en découvre une de qualité, me réconciliant avec la poésie contemporaine. Au hasard d'Internet, je suis tombée sur la Revue Cabaret, éditée par la maison d'édition Le Petit Rameur, dirigée par Alain Crozier. Revue Cabaret a la particularité de ne publier que des poètes féminins, et privilégie la forme libre. J'ai donc découvert cette revue à travers le troisième hors-série gratuit, dont le thème est l'érotisme, avec pour titre "In bed with Cabaret".

________________________________________

"In bed with Cabaret" est donc un recueil poétique de 45 pages, préfacé par l'écrivain satyrique Étienne Liebig, dont vous avez sans doute déjà croisé les mots aux éditions de la Musardine. Ce recueil compte 16 auteures, tout autant de plumes que j'ai eu plaisir à lire, et certaines ont été des coups de cœur. Ces textes érotiques sont parfois crus, métaphoriques, sensuels, sensibles ; ils racontent le désir, ils offrent des hommes et des femmes vaincus par l'envie, le sexe et l'amour, animaux.

________________________________________

J'ai beaucoup apprécié la poésie de Lauréline Amanieux, douce et musicale, qui a enchanté mes oreilles et mon amour des nuances et des suggestions ; celle d'Agnès Cognée, des poèmes bruts qui parlent d'un désir crucifiant ; la poésie d'Elsa Hieramente et ses textes crus mêlés d'une langue suave ; ou encore celle de Max Zouic et ses délires mythologiques, ses orgasmes lunaires.

Ce numéro de Revue Cabaret est aussi illustré par Mye My, Muriel Carrupt, Gus Val, Elsa Hieramente (qui écrit donc aussi), Jean-Marc Couvé et Doina Vieru, mais je n'ai pas du tout été convaincue par leurs dessins. Une BD est aussi insérée, réalisée par Catfish & Janne Karlsson, que j'ai trouvée sans grand intérêt. Pour moi, ce recueil vaut surtout pour les écrits, non pas par ses illustrations.

Je me pencherai davantage sur cette revue à l'avenir !

Voici quelques extraits poétiques qui m'ont particulièrement plu :

Lauréline Amanieux, p. 5 :

Tes baisers de fleurs mouillées sur ma peau
Me divaguent dans leur tornade d'eau
L'air s'enroule autour de mes pâles rêves
Tes baisers de fleurs mordorées m'enlèvent

Mon amant de miel, tu manques à mes lèvres
Manques à la moiteur des journées d'été
L'air s'enroule autour de mes pâles fièvres
Amant, tu manques à ma bouche moirée

Agnès Cognée, p. 14 :

Les clous

Sur l'étagère de mon silence
le bâillon de ta bouche sur la mienne
les clous
me crucifiant à ton désir

Les synapses se croisent
dans l'entrecuisse vide
où tu auscultes
l'imaginaire de ton sexe

dans l'obscur des rencontres
ta silhouette joue
dans mes ombres sournoises

il reste une membrane
fragile cloison
protégeant ma folie.

Max Zouic, p. 39 :

Ne cherchez plus le soleil
Il brille juste pour moi
Bien sûr il rayonne encore pour vous quelquefois
Mais c'est à moi qu'il brûle les doigts
Je vous l'ai volé à midi
Hélios tendu à son zénith exactement
Excite la peau de ma liberté
Qui s'enivre égoïstement de votre plaisir envolé
La journée je tisse son solstice
Et la nuit venue mon soleil dégrafe mes nuages
Ainsi dévêtue
Mon corps sage mis à nu
Je suis vibrante et prête pour notre alunissage
Illuminée 


Eros devenue



"In bed with Cabaret", Revue Cabaret HS #3, éd. Le Petit Rameur, dirigée par Alain Crozier.







Commentaires

Articles les plus consultés