Accéder au contenu principal

Sélection

#PLIB2020 Ma sélection de 20 livres pour le Prix de l'Imaginaire Booktubers App

J'ai l'honneur de faire partie du jury du Prix de l'Imaginaire Booktubers App 2020, qui récompense un roman de SFFF parmi 124 présélectionnés. En tant que juré j'ai dû, pour la première session de votes, choisir 20 titres, lus ou non. Voici donc les livres qui m'interpellent le plus :
Agravelle ou l'Envers du Temps, Maxime Herbaut, éd. Inceptio Alchimistes, Jean-Pierre Favard, éd. Séma Ceux qui ne peuvent pas mourir, Karine Martins, éd. Gallimard jeunesse Cendres, Johanna Marines, éd. SNAG Chevauche-Brumes, Thibaud Latil-Nicolas, éd. Mnémos Engrenages et sortilèges, Adrien Tomas, éd. Rageot Je suis fille de rage, Jean-Laurent Del Socorro, éd. ActuSF La lyre et le glaive, Christian Léourier, éd. Critic L'Apprentie Faucheuse, Justine Robin, éd. Le Héron d'Argent Le Crépuscule d'Aesir, Elie Darco, éd. Plume Blanche L'Ensorceleur de choses menues, Régis Godyn, éd. L'Atalante Le Phare au corbeau, Rozenn Illiano, éd. Critic Les Brumes de Cendrelune, Georgia…

Peau d'Ours, d'Alice Rune


Je remercie tout d'abord les éditions d'Utoh de m'avoir fait parvenir ce livre en service presse. Peau d'Ours, d'Alice Rune, m'avait en effet fait de l’œil grâce à sa très belle couverture, réalisée par l'artiste Philippe Jozelon. Les couvertures des ouvrages de cette petite maison d'édition sont toujours soignées et font très envie, j'avais donc hâte de découvrir ce conte, qui promettait d'être original.

________________________________________


La Princesse des Brumes, abandonnée par son Prince Guerrier parti à la guerre, voit sa vie bouleversée quand elle accueille, un jour de profond ennui, le Sorcier au Miroir dans son château. Ce dernier prétend vendre divers objets, et elle décide de lui acheter un miroir. Ce dont elle ne se doute pas, c'est que ce miroir est enchanté... Quelques jours plus tard, un matin, elle se réveille dehors, entourée des lianes qui grimpaient auparavant sur le château. Contre son gré, la Princesse va alors partir à l'aventure. Elle rencontrera des animaux parlants, dont un renard très hospitalier, un petit chien magicien, retrouvera son père qui la vendra à un étrange "ours", et finira par retrouver l'amour...

________________________________________


Ce conte se lit d'une traite. En effet, l'auteure a réussi à créer une ambiance typique des contes : de la magie, des personnages caricaturaux (un méchant sorcier, une méchante belle-mère, un prince amoureux...), des créatures de toutes sortes (des hybrides, des pantins, etc.), de somptueux décors (châteaux, paysages de neige, mer de miroirs brisés, etc.), et une morale finale, qu'on pourrait développer ainsi : on paye toujours son excès de vanité. Cependant, ce conte est également un voyage initiatique : la Princesse montre qu'il ne faut jamais perdre espoir même quand on croit avoir tout perdu, il faut persévérer, se battre et garder la tête haute, les choses finissent toujours par s'arranger.
De plus, les clins d’œil à divers contes classiques sont appréciables : Blanche-Neige (le miroir, la belle-mère), Raiponce (la natte de cheveux), Casse-Noisette (les pantins animés), Alice aux pays des merveilles (les décors hallucinés, les animaux parlants), etc. On sent que l'auteure a voulu écrire un conte, certes, mais un conte savant. En parlant de savoir, l'Ours est sans doute le personnage le plus intéressant de l'histoire. Créature hybride, mi-homme mi-ours, il ne jure que par la connaissance et instruit la Princesse grâce à son immense bibliothèque (tiens, clin d’œil à La Belle et la Bête : un monstre et une jeune femme friande de lecture).

Cependant, ce livre souffre de divers défauts. La ponctuation est parfois manquante ou mal placée, en particulier les virgules. Le style est très naïf, et fait penser aux contes réécrits pour les petits (en vérité, peu de gens connaissent les originaux de Perrault et Grimm, qui sont très sombres), j'ai également trouvé quelques péripéties inutiles, des longueurs et un certain manque de logique. La magie est mal utilisée et parfois incompréhensible (je pense notamment au fameux vase dont la Princesse se sert pour communiquer avec le Prince découvert dans un tableau, quel est le lien entre le vase et la peinture d'où elle l'a délivré ?), on ne comprend pas vraiment le but du Sorcier au Miroir (pourquoi détruit-il le château de la Princesse ?), et l'interdiction de l'Ours à la Princesse de ne pas monter dans sa chambre la nuit n'a aucun sens (il n'y a aucun châtiment quand elle finit par y monter et qu'elle dérobe le vase - qui est à la mère de l'Ours). Je ne liste pas toutes les incohérences, mais avec le style maladroit et la mauvaise relecture, cela donne un récit plutôt faible.

En conclusion, même si ce conte possède des qualités d'imagination et se lit facilement, j'ai été dans l'ensemble assez déçue.


Ce roman a été lu dans le cadre du 7e challenge de littérature de l'imaginaire.


Commentaires

  1. La couverture est, comme tu le soulignes, sublime ! Je crois que je suis sous le charme des couleurs et de l'ours.
    Malgré les aspects plutôt négatifs que tu soulignes, je suis tout de même assez curieuse de découvrir ce livre. Je ne m'y connais pas du tout en conte, ce serait l'occasion d'en apprendre un peu plus. Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés